Dernière leçon

Texte Marwane El Boubsi
Mise en scène Melinda Heeger 
Avec Jonas Claessens, Marwane El Boubsi, Nelson Lizé, Gilles Poncelet et Carmelo Sutera.
Sons et lumières de Benjamin Dellicour et Aymeric van den Hove
Vidéos d'Antoine Duclaud-Lacoste

img_5065-copie

Synopsis

Cinq jeunes hommes, éternels redoublants d’une école dépotoir, dérapent. La lassitude de leur routine et la colère qu’ils nourrissent envers les institutions dont ils se sentent otages, les poussent à commettre l’irréparable. Ils sont arrêtés puis confrontés aux autorités. Leur geste est considéré comme un acte de terreur. Une seule question demeure : « Pourquoi ont-ils fait cela ? ». Une heure de spectacle qui mène l’enquête, entre interrogatoires et flashbacks, entre rires, haine et larmes, entre besoin d’amour et pulsion (auto)destructrices.

=> DOSSIER COMPLET DE PRÉSENTATION DE « dernière leçon »

img_5262-copie

Présentation du spectacle

« Tout le monde est un génie, mais si tu évalues un poisson sur sa capacité à grimper à un arbre, il vivra toute sa vie en pensant qu’il est stupide. »  Einstein

Lorsque nous comparons deux salles de classes, l’une actuelle et la seconde datant d’il y a 150ans : aucune différence (sinon la qualité de l’image). Même disposition des tables, même placement des élèves et des enseignants, même organisation des cours,…  En l’espace de plus d’un siècle, rien n’a changé ! Comment le système éducatif pourrait-il préparer les enfants pour l’avenir alors qu’il use de méthodes passées et obsolètes ? Aujourd’hui encore, des notes et des évaluations contraignent les étudiants, et si ces derniers n’atteignent pas la norme imposée ils sont considérés comme inutiles, problématiques, et incapables. Mais incapables de quoi ? Incapables de devenir des humains honnêtes et heureux ? Ou incapables de contribuer à l’enrichissement des finances d’autrui ?

img_5247-copie

dernière leçon c’est l’histoire de cette jeunesse mise au ban de la société parce qu’elle n’entre dans aucune case. Cette jeunesse qui ne fera aucun effort pour correspondre aux prérequis sociétaux. Cette jeunesse qui a entre 18 et 28 ans et qui n’a pas encore terminé son cursus scolaire. Celle-là, celle qui est unanimement décrite comme dérangeante, problématique, dangereuse, incapable !

img_5223-copie

Kams, Cof, Chouki, Gix et Nik ont commis un acte répréhensible – décrit comme un acte de haine et de terreur – et ont été arrêtés par les forces de l’ordre.  Chacun à leur tour ils seront interrogés. Qui est le leader du groupe ? Qui en a eu l’idée ? Comment avez-vous procédé ? … Pourquoi avoir agi ainsi ?

Afin d’accompagner le spectateur à percevoir le mobile qui a pu pousser ces jeunes à commettre l’irréparable, le spectacle se construit autour de flashbacks durant lesquels on se rapproche de leur réalité quotidienne. En devenant les témoins intrusifs de cette jeunesse exclue du système normatif, on réalise très vite qu’ils ne dévoilent pas le même visage lorsqu’ils sont entre eux ou quand ils font face à l’autorité. Ces différents comportements qu’ils décident d’adopter les rendent complexes. Difficiles à placer dans une case sécurisée

et sécurisante, impossibles à éduquer si on suit les principes de comportements standards, incontrôlables car si la règle à suivre ne leur est d’aucune aide ils ne la suivront jamais. En somme, insaisissables.

img_5241-copie

Que faire face à de tels êtres qui mettent systématiquement des bâtons dans les roues du système établi ? Que faire ? Élargir les cases afin que chaque individu né sur cette terre puisse s’épanouir tel qu’il est ? Non. Les rendre dangereux et dérangeants… Les étouffer, les faire taire.

Que leur restent-ils alors, sinon passer à l’acte ?

img_5043-copieimg_5085-copieimg_5115-copieimg_5149-copie

img_5283-copie

logos

Publicités