Dernière leçon (Belgique 2016-2019)

Cinq jeunes hommes, éternels redoublants d’une école dépotoir, dérapent. La lassitude de leur routine et la colère qu’ils nourrissent envers les institutions dont ils se sentent otages, les poussent à commettre l’irréparable. Ils sont arrêtés puis confrontés aux autorités. Leur geste est considéré comme un acte de terreur. Une seule question demeure : « Pourquoi ont-ils fait cela ? ». Une heure de spectacle qui mène l’enquête, entre interrogatoires et flashbacks, entre rires, haine et larmes, entre besoin d’amour et pulsion (auto)destructrices.

Texte de Marwane El Boubsi. Mise-en-scène de Melinda Heeger. Avec Marwane El Boubsi, Nelson Lizé, Gilles Poncelet, Morgan Roche et Carmelo Sutera. Scénographie conseil de Camille Silvain et construction de Bruno Meert. Sons et lumières de Benjamin Dellicour. Vidéos d’Antoine Duclaud-Lacoste et Aymeric van den Hove. Produit par la Compagnie YapluKa avec La Vénérie et le Théâtre Marni, avec le soutien de la Cellule Culture-Enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du Service Public Francophone Bruxellois et des Tournées Art & Vie.

TRANSMÊTRE (Belgique 2015-2016)

Pourquoi faire des enfants dans un monde comme le nôtre ? Cette question qui semble profondément liée à notre époque a été la base et le moteur de création de TransmÊtre, spectacle belgo-suisse qui retrace l’histoire extraordinairement banale d’une mère en devenir, Nathalie. Nous suivons les joies, les rires, les questionnements, les coups de gueule, les doutes et les peines d’une jeune femme durant ses 9 mois de grossesse. Elle est accompagnée de Kamel, futur père surinvesti, à l’image des nouvelles générations d’hommes. Mais le monde de Nathalie va basculer lorsqu’elle se confrontera aux institutions, incarnées ici par Mme Peeters qui, bien malgré elle, est obligée de faire remplir des questionnaires aux futurs parents. Ces derniers déterminent si l’enfant deviendra ou non un citoyen « rentable ».

Texte de Marwane El Boubsi. Idée originale de Melinda Heeger. Mise-en-scène et voix off de Marwane El Boubsi. Avec Jacqueline Bollen et Melinda Heeger. Peintre corporelle et comédienne Caroline Escarmelle. Lumières de Benjamin Dellicour. Une production de la Cie Yapluka. Avec le soutien des Tournées Art & Vie.

transmêtre (Suisse 2012-2014) 

Article, Suisse, janvier 2014.

L’histoire d’une création belgo-suisse : En novembre 2012, Melinda Heeger est Lauréate du Grand Prix Artistique Régionyon en Suisse romande.  La Compagnie ne rate pas cette opportunité et fonde son antenne suisse romande YAPLUKA…CH. TransmÊtre sera la première création Suisse de notre Compagnie. Durant la saison 2012-2013, la mise-en-place et l’écriture du spectacle démarre.  Dès septembre 2013, une équipe suisse est réunie et TransmÊtre connait une première étape de création. Le spectacle est monté à Lausanne de novembre à décembre 2013 et représenté du 15 au 26 janvier 2014 à l’Ancien Cinéma Eldorado, à Lausanne-Centre. En 2014, le Centre Culturel d’Anderlecht (Bruxelles) programme une reprise belge du spectacle lors du Festival Pro Pulse 2015, et le Théâtre des Riches-Claires (Bruxelles centre) programme une série de représentations pour l’ouverture de leur saison 2015-2016. L’occasion de retravailler la création avec une équipe locale et nourris d’une première étape de travail intense et innovante.

Idée originale de Melinda Heeger. Texte et voix off de Marwane El Boubsi. Mise en scène de Melinda Heeger. Avec Mélanie Foulon et Madeleine Bongard. Peintures corporelles de Natacha Emery. Lumières de Claire Firmann. Scénographie de Melinda Heeger. Ingénieur son Sebastien Tavel. Une production de la Cie Yapluka…CH avec le soutien de Régionyon, de la Loterie Romande, de la Fondation Ernst Göhner, de la Ville de Nyon et de Christopher Heeger.

Article, Suisse, novembre 2012.

oxydant (FRANCE 2012-2013)

A l’ère du numérique, l’homme détient à sa portée de plus en plus de moyens de «communication et d’information». Les écrans font partie de nos vies, à tel point qu’ils ont radicalement transformé notre société et notre rapport au monde. Dans un tel contexte d’évolution, il nous a semblé important de questionner l’influence de tous ces medias-écrans sur l’humain et de tenter d’en saisir les impacts. La pièce a pour trame quatre scientifiques futuristes qui s’inventent apprentis-auteurs et qui tentent d’écrire un spectacle afin de transmettre une information primordiale à l’humanité et quel meilleur média que le théâtre afin de s’adresser directement à la chair humaine ?!

les-connectes.png (1405×728)

Un spectacle de et avec (par ordre alphabétique) Vanessa Bonnet, Marwane El Boubsi, Pierre-André Gilard et Melinda Heeger. Co-création internationale : Yapluka…(Belgique) et Last Lunch (France). Avec le soutien de Wallonie-Bruxelles Internationale.

parce que c’est une femme (Belgique 2011-2013)

Alors que leur terre brûle, deux hommes vont devoir faire un choix : Prendre les armes et se battre ou se rendre et tout abandonner à l’envahisseur? La bataille est inévitable, mais la Kahina ou Dihya dressera une résistance qui dépasse de loin les enjeux de cette guerre. Grâce à un texte de Kateb Yacine d’une rare intensité et à des compositions originales; huit comédiens -dont une accordéoniste- vous entrainent avec force et poésie au cœur d’une légende fondamentalement d’actualité. L’emblème d’une conscience éveillée et insoumise ; déterminée à penser et agir debout.

Adaptation de« La Kahina ou Dihya » de Kateb Yacine. Mise-en-scène de Melinda Heeger et Marwane El Boubsi. Compositions musicales originales de Karine Germaix. Avec Seloua M’Hamdi, Aurelio Mergola, Samira Draa, Karine Germaix, Ossyane El Hassouni, Annette Gatta, Timothy Fildes et Gregory Carnoli. Lumières et régie de Pol Herrmann. Scénographie de Melinda Heeger. Production de la Cie Yapluka avec le soutien du Ministère de la Culture de la FWB, de la Cellule Égalité des Chances et Diversité de la ville de Bruxelles.