La Cie YapluKa fait un théâtre qui abaisse des frontières, revitalisant l’exigence démocratique de l’acte théâtral. Si tout théâtre est politique, le leur pousse cet art dans l’heuristique de la violence pour mieux défier les risques d’une fabrique de l’altérité. L.Landrin, Doctorante UMR Pacte.

YapluKa est basée à Bruxelles et voyage entre la Suisse, la France et la Belgique pour produire, créer et diffuser des œuvres théâtrales originales pour adultes et adolescents. Elle vise à questionner son public sur les enjeux de notre époque grâce à des thématiques ancrées dans notre réalité sociale et des spectacles interpellants. Elle anime aussi des ateliers pour les adolescents et propose des formations pour adultes dans plusieurs pays.

Journal de Canal C du 23 avril 2019 : "Dernière leçon" pour bousculer l'école."
Journal de Canal C du 23 avril 2019, « Dernière leçon pour bousculer l’école. »

 

Créations ancrées dans l’actualité : nous créons et nous adaptons librement des pièces contemporaines. Nous considérons que la création théâtrale collabore au changement sociétal.

Esthétique au service du message-clé : Les disciplines fusionnent au service du propos (musique, conte, nouveaux médias, peinture corporelle), les décors souvent épurés mettent en valeur les comédien.ne.s et le texte.

Actions anthropologiques & politiques :  Parce que c’est une femme…traite des questions de genre et d’indépendance, Oxydant parle de l’addiction à la télévision, TransmÊtre évoque la difficulté à devenir parent au 21ème siècle, Dernière leçon remet en question le système éducatif. Nous encadrons nos spectacles avec des rencontres en amont et des débats en bord de scène.